getamap.net
Afrique
Afrique
Oceanie
Oceanie
Asie
Asie
Amerique du Nord
Amerique du Nord
Europe
Europe
Amerique du Sud
Amerique du Sud
L'Antarctique
L'Antarctique

Recherchez: 



Divisions Administratives (GPS Cartes)

Géographie

Population et société

Gouvernement

Economie

Communications

Transport

Militaire


Après la première guerre mondiale, la France a acquis un mandat sur la partie nord de l'ancien Empire Ottoman province de Syrie. Les français distinct à la région du Liban en 1920 et accordé l'indépendance de cette région en 1943. Une longue guerre civile (1975-90) a dévasté le pays, mais le Liban a depuis fait des progrès réalisés en vue de reconstruire ses institutions politiques. Aux termes de l'Accord Ta'if - le plan d'action pour la réconciliation nationale - les libanais mis en place un système politique plus équitable, notamment en suscitant un musulmans une plus grande voix dans le processus politique tout institutionnaliser les divisions sectaires au sein du gouvernement. Depuis la fin de la guerre, le Liban a mené plusieurs élections réussies. La plupart des milices ont été réduits ou dissous, à l'exception du Hezbollah, désigné par le département d'Etat américain comme une organisation terroriste étrangère et des groupes de militants palestiniens. Au cours de la guerre civile du Liban, la Ligue arabe a légitimé dans le déploiement de troupes de la Syrie Ta'if Accord, numérotation environ 16 000 basé principalement à l'est de Beyrouth et dans la vallée de la Bekaa. Retrait d'Israël du Sud-Liban en mai 2000 et le passage en septembre 2004 de la résolution 1559 - une résolution appelant à la Syrie à se retirer du Liban et mettre fin à son ingérence dans les affaires libanaises - a encouragé certains groupes libanais à exiger que la Syrie retire ses forces. L'assassinat de l'ancien premier ministre Rafiq HARIRI et 22 autres personnes en février 2005 a conduit à des manifestations massives à Beyrouth contre la présence syrienne ("la révolution du cèdre"), et la Syrie a retiré le reste de ses troupes en avril 2005. En mai-juin 2005, Liban a tenu ses premières élections législatives depuis la fin de la guerre civile, sans ingérence étrangère, remise une majorité pour le bloc dirigé par Sa'ad HARIRI, fils du premier ministre assassiné. En juillet 2006, Hezbollah a enlevé deux soldats israéliens menant à un conflit de 34 jours avec Israël où environ 1 200 civils libanais ont été tués. RÉSOLUTION 1701 a mis fin à la guerre en août 2006, et les Forces armées libanaises (LAF) déployés dans tout le pays pour la première fois depuis des décennies, chargé de sécuriser le Liban de frontières contre les armes contrebande et maintenir une zone exempte d'armes au Sud-Liban avec l'aide de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). Les forces armées libanaises en mai-septembre 2007 a lutté contre le groupe extrémiste sunnite Fatah al-Islam dans le camp de Nahr el Bared camp de réfugiés palestiniens, remportant une victoire décisive, mais détruit le camp et déplacement de 30 000 résidents palestiniens. Les politiciens libanais en novembre 2007 ont été incapables de s'entendre sur un successeur à Emile LAHUD quand il a quitté son poste de président, créant un vide politique jusqu'à l'élection du général commandant LAF Michel SULAYMAN en mai 2008 et la formation d'un nouveau gouvernement d'Union nationale en juillet 2008. Élections législatives de juin 2009 nouveau produit victoire pour le bloc dirigé par Sa'ad HARIRI, mais s'en est suivi une période de négociation prolongée sur la composition du cabinet. Un gouvernement d'unité nationale a été finalement formé en novembre 2009 et approuvé par l'Assemblée nationale le mois suivant. Inspiré par les révoltes populaires qui ont commencé à la fin 2010, contre les dictatures à travers le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, marches et manifestations au Liban visaient plutôt politiques sectaires. Bien que les protestations gagné certains de traction, ils étaient limités en taille et pas réussi à changer le système. Politiciens de l'opposition s'est effondré le gouvernement d'unité nationale sous le premier ministre Sa'ad HARIRI en février 2011. Après plusieurs mois dans le statut de gardien, le gouvernement a nommé Najib MIQATI premier ministre.


Advertisements:

Advertisements Advertisements



Economy

Economy - overview
Le Liban a une économie de marché et une forte tradition commerciale de laissez-faire. Le gouvernement ne limite pas les investissements étrangers ; Cependant, le climat d'investissement souffre de la bureaucratie, la corruption, décisions arbitraires de permis, procédures douanières complexes, des impôts élevés, tarifs et frais, législation archaïque et droits de propriété intellectuelle faible. L'économie libanaise est axée sur le service ; les secteurs principaux incluent bancaire et le tourisme. La guerre civile de 1975-90 sérieusement endommagé l'infrastructure économique du Liban, couper la production nationale de moitié et fait dérailler la position du Liban comme un entrepot du Moyen-Orient et plaque tournante des services bancaires. Après la guerre civile au Liban reconstruit une grande partie de ses infrastructures physiques et financières déchirées par fortement - principalement des banques canadiennes - saddling le gouvernement avec une dette énorme. Promesses de réformes économiques et financières faites lors des conférences de donateurs internationaux distincts durant les années 2000 sont allés plus souvent lettre morte, y compris celles obtenues au cours de la Conférence des donateurs Paris III en 2007 suite à la guerre de juillet 2006. L'effondrement du gouvernement au début de 2011 au fil de son soutien au Tribunal spécial pour le Liban et l'agitation dans la Syrie voisine a ralenti la croissance économique de 1,5 % après quatre années de croissance moyenne de 8 %. En septembre 2011, le Cabinet a approuvé un projet de loi qui donnerait 1,2 milliards $ en financement pour améliorer le secteur de l'électricité opprimés du Liban, mais les restrictions budgétaires permettra de tester la capacité du gouvernement d'investir dans d'autres domaines, tels que l'eau.

Gdp (purchasing power parity)
$62.23 billion (2011 est.)
$61.31 billion (2010 est.)
$57.3 billion (2009 est.)
Note
Les données sont en dollars US 2011

Gdp (official exchange rate)
$39.04 billion (2011 est.)

Gdp - real growth rate
1.5% (2011 est.)
7% (2010 est.)
8.5% (2009 est.)

Gdp - per capita (ppp)
$15,700 (2011 est.)
$15,700 (2010 est.)
$14,900 (2009 est.)
Note
Les données sont en dollars US 2011

Gdp - composition by sector
Agriculture 4.6%
Industry 19.7%
Services 75.7% (2011 est.)

Labor force
1.481 million
Note
En outre, il y a jusqu'à 1 million de travailleurs étrangers (2007 est.)

Labor force - by occupation
Agriculture NA%
Industry NA%
Services NA%

Unemployment rate
NA%

Population below poverty line
28% (1999 est.)

Household income or consumption by percentage share
Lowest 10% NA%
Highest 10% NA%

Investment (gross fixed)
34.4% of GDP (2011 est.)

Budget
Revenues $9.334 billion
Expenditures $11.67 billion (2011 est.)

Taxes and other revenues
23.9% of GDP (2011 est.)

Budget surplus (+) or deficit (-)
-6% of GDP (2011 est.)

Public debt
134% of GDP (2011 est.)
141.7% of GDP (2010 est.)
Note
Les données couvrent la dette du gouvernement central et exclure les titres de créance émis (ou possédé) par des entités gouvernementales autres que le Conseil du Trésor ; les données comprennent la dette du Trésor détenue par des entités étrangères ; les données comprennent les titres de créance émis par des entités infranationales, ainsi que la dette intragouvernementale ; dette intragouvernementale se compose des emprunts du Trésor de surplus dans les fonds sociaux, tels que pour des soins médicaux, retraite et chômage

Inflation rate (consumer prices)
5.1% (2011 est.)
4% (2010 est.)

Central bank discount rate
3,5 % (31 Décembre 2010 est.)
10 % (31 Décembre 2009 est.)

Commercial bank prime lending rate
7.53% (31 December 2011 est.)
8.337% (31 December 2010 est.)

Stock of narrow money
$4.072 billion (31 December 2011 est.)
$3.8 billion (31 December 2010 est.)

Stock of broad money
$97.04 billion (31 December 2011 est.)
$92 billion (31 December 2010 est.)

Stock of domestic credit
$69.25 billion (31 December 2011 est.)
$64.12 billion (31 December 2010 est.)

Market value of publicly traded shares
$10.16 billion (31 December 2011)
$12.59 billion (31 December 2010)
$12.89 billion (31 December 2009)

Agriculture - products
Agrumes, raisins, tomates, pommes, légumes, pommes de terre, olives, tabac ; moutons, chèvres

Industries
Services bancaires, le tourisme, la transformation des aliments, vin, bijoux, produits de ciment, textiles, minérales et chimiques, produits de bois et du meuble, du raffinage du pétrole, metal fabricating

Industrial production growth rate
2.1% (2010 est.)

Electricity - production
10.41 billion kWh (2009)

Electricity - consumption
9.793 billion kWh (2009)

Electricity - exports
0 kWh (2009 est.)

Electricity - imports
1.114 billion kWh (2009 est.)

Oil - production
0 barils/jour (2010 est.)

Oil - consumption
106 000 barils/jour (2010 est.)

Oil - exports
0 barils/jour (estimation 2009)

Oil - imports
78 760 barils/jour (estimation 2009)

Oil - proved reserves
0 bbl (1 January 2011 est.)

Natural gas - production
0 cu m (2009 est.)

Natural gas - consumption
0 cu m (2009 est.)

Natural gas - exports
0 cu m (2009 est.)

Natural gas - imports
0 cu m (2009 est.)

Natural gas - proved reserves
0 cu m (1 January 2011 est.)

Current account balance
-$10.92 billion (2011 est.)
-$8.909 billion (2010 est.)

Exports
$5.482 billion (2011 est.)
$5.467 billion (2010 est.)

Exports - commodities
Bijoux, métaux, produits chimiques, divers biens de consommation, des fruits et légumes, tabac, minéraux de construction, papier machines et appareillages, fibres textiles, énergie électrique

Exports - partners
Émirats Arabes Unis 11,6 %, Afrique du Sud 9,3 %, Irak 7,4 %, Arabie saoudite 6,8 %, Turquie 6,2 %, Syrie 6 %, Egypte 5,4 %, Suisse 4.9 % (est. 2009).

Imports
$19.89 billion (2011 est.)
$17.72 billion (2010 est.)

Imports - commodities
Produits pétroliers, voitures, médicaments, vêtements, viande et animaux vivants, les biens de consommation, papier, tissus, tabac, machines électriques et équipements, produits chimiques

Imports - partners
Nous 10,3 %, Italie 9,5 %, France 8,9 %, Chine Allemagne 8,3 % 5,2 %, Turquie 4,1 % (est. 2009).

Reserves of foreign exchange and gold
$48.14 billion (31 December 2011 est.)
$44.52 billion (31 December 2010 est.)

Debt - external
$29.46 billion (31 December 2011 est.)
$28.42 billion (31 December 2010 est.)

Stock of direct foreign investment - at home
$NA

Stock of direct foreign investment - abroad
$NA

Exchange rates
Lebanese pounds (LBP) per US dollar -
1,507.5 (2011 est.)
1,507.5 (2010 est.)
1,507.5 (2009)
1,507.5 (2008)
1,507.5 (2007)

Fiscal year
Année civile


Commentaires




Ajouter un commentaire:



Vous devez vous connecter pour ajouter un commentaire!

 

Avertisments  Advertisement


Login  Login

Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Register

Mot de passe oublié ?

  Liban (Beirut):


  Points GPS de Liban (Beirut)



viewweather.com sv.ViewWeather.com
fr.ViewWeather.com
da.ViewWeather.com
de.ViewWeather.com
es.ViewWeather.com
www.carpati.org
www.searchromania.net
www.cdtracks.org
es.getamap.org
fr.getamap.org
de.getamap.org
nl.getamap.org
da.getamap.org
www.getamap.org
Liens
Conditions d'utilisation
Politique de confidentialité

# 0.0300 sec 

contact AT getamap.net

© 2006 - 2018  http://fr.getamap.net/